[Photos] Ragnard Rock Festival 2016 à Simandre sur Suran

Benevoles du Ragnard Rock 2016

La 2ème édition du Ragnard Rock Fest eut lieu le week-end dernier à Simandre-sur-Suran, pas loin de Bourg-en-Bresse. Ce festival axé pagan et black metal me tentait mais comme je n’avais pas les moyens financiers de m’acheter un pass ni la notoriété suffisamment importante pour demander une accréditation, je me suis inscrite en tant que bénévole et je fus placée dans l’équipe de nettoyage (nettoyage des douches et ramassage des détritus). Ce report est donc rédigé de ce point de vue.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je suis arrivée jeudi en fin d’après-midi mais le temps de s’intaller, de rencontrer ma chef (Manu) et de manger, je ne vis que Helrot et Nokturnal Mortum.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vendredi, la journée commença vers 8h avec comme première info, l’absence de 3 bénévoles dans l’équipe donc le planning n’était plus à prendre en compte car nous n’étions que 6 personnes pour nettoyer les douches du camping, des artistes et celles des bénévoles, ramasser les déchets sur l’ensemble du site (village viking, scènes, metal market, parkings festivaliers et orga/artistes, campings festivaliers (2) et bénévoles, espace VIP, chemins et éventuels lieux où les festivaliers se calaient) puis les trier (ouvrir tous les sacs poubelle pour séparer les emballages du verre et du reste).
Autant vous dire qu’on n’a pas chômé pendant ces 3 jours, surtout que les bennes de tri étaient contrôlées et qu’on dû retirer de celles-ci tout ce qui n’était pas au bon endroit, chacun a bossé en moyenne 10 à 12 heures par jour et nous arrêtions vers 22h.

Samedi et dimanche, 2 autres bénévoles ont intégré l’équipe mais il y avait tellement à ramasser et trier que nous n’avons pas vraiment gagné de temps grâce à elles. De plus, le site ouvrait chaque jour à 10h donc c’était la course pour tout faire propre avant que les festivaliers n’entrent car le seul moyen de transport des déchets fut la voiture de Manu. Par chance, le dimanche matin et le soir, nous pûmes emprunter un camion 8m³ pour aller plus vite; nous avons également reçu de l’aide de la part de quelques festivaliers ainsi que 2 bénévoles non assignés et 2 personnes du stand crêperie pour charger, vider le camion et trier. Personnellement, je leur en suis encore reconnaissante car sans eux, nous aurions terminé bien après la tombée de la nuit.

La chaleur de dimanche ajouta une difficulté supplémentaire et plusieurs d’entre nous succombèrent au stress et à la fatigue : Claude subit la douleur à son genou, Manu fit une crise de tachycardie en plus d’une crise de nerf juste après ma crise d’angoisse.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Du coup, vendredi après-midi, j’aperçus au loin Stille Volk…
Stille Volk au Ragnard Rock 2016

le soir, Manu se transforma…
Manu au Ragnard Rock 2016
et j’allai voir Faun.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Samedi, j’ai profité d’Heidevolk en fond sonore mais ne les ai pas vu car je discutais avec Iain, un des bénévoles donc ne vis que Moonsorrow.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dimanche, les bénévoles se rebellèrent contre leur chef…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

on tomba sur la radio chrétienne dans le camion…
Iain et Manu au Ragnard Rock 2016

et on partit trier…
Tri des dechets au Ragnard Rock 2016

La journée se termina à la même heure que les jours précédents, on put voir Nargaroth

Ce diaporama nécessite JavaScript.


puis un petit mix spécial musique ringarde clôtura le festival au camping des festivaliers avec monsieur le batteur du groupe Nostagicle, Jean-Paul Dance, aux commandes

Ce diaporama nécessite JavaScript.


puis les bénévoles se retrouvèrent parmi les artistes, au bar VIP.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Là, tout est dit
No Beber

En ce qui concerne mes impressions sur les sets que j’ai pu voir ou entendre, j’eus des coups de cœur découverte pour Monarque et Faun et la joie de savourer en live (même de loin) Heidevolk, Skyforger, Moonsorrow et Stille Volk.

Il est clair que se rendre à un festival pour voir des groupes et finalement en louper les 3/4, ne pas avoir les moyens nécessaires pour travailler efficacement et surtout manquer de volontaires sont des faits frustrants mais ces 4 jours ont également été pour moi une période unique et plaisante car j’ai rencontré beaucoup de personnes sympathiques, l’ambiance était agréable et les festivaliers chaleureux; les troupes et artistes ne restaient pas dans leur coin et passaient plus de temps au camping des bénévoles qu’au bar VIP, des riverains et élus nous ont félicité pour nos efforts, les agents de sécurité et les gendarmes avaient le sourire et plaisantaient autant avec les festivaliers que l’orga tout en faisant leur travail lorsque cela était nécessaire.

Finalement, ce qui est le plus à déplorer, c’est ce manque de personnes volontaires. Car plus nous sommes nombreux, plus les tâches sont accomplies rapidement et efficacement, et plus nous avons de chances de profiter du festival; j’estime que pouvoir participer à la réalisation d’un tel événement est une opportunité de voir cela se perpétrer, de se faire plaisir et d’accroître ses richesses culturelles et sociales.

Je remercie La Compagnie d’Edoras et La Croix Rouge.
Je ne remercie pas les stands et bénévoles qui ont refusé de trier leurs déchets, ni le barman qui m’a refusé un verre de vin, persuadé que les bénévoles n’avaient droit qu’à la bière.
J’ai déploré l’impossibilité ou la difficulté (aucune pression de l’eau) de se doucher à la fin de mes journées au milieu de la merde ainsi que les ruptures de stock de boissons médiévales.
Je salue affectueusement Manu, Héloïse, Angélique, Florian, Vanessa, Claude, Iain, Rémi, Mat(t)hieu, Charlie, Amandine et Tristan.

Ce diaporama nécessite JavaScript.